Corporate Finance : qu'est ce que c'est ? - L&A Finance (2024)

Corporate Finance

Accueil » Gestion de patrimoine » Corporate Finance

L’année 1901 marque la naissance de l’US Steel Corporation, issue de la fusion entre la«Federal Steel Company» et les nombreuses aciéries de celui qui deviendra alors le PDG de la société: Andrew Carnegie. L’importance de l’US Steel Corporation ne cessera de grandir tout au long du 20ème siècle et son poids dans l’économie américaine en fera tout autant.

Comment une telle société a donc pu voir le jour? Comment a-t-elle été accompagnée dans sa croissance et son développement tout au long du siècle? A qui devons-nous un tel succès? Tant de questions larges dont la réponse réside avant tout dans une combinaison complexe de divers facteurs. Parmi ces derniers, nous nous attacherons à en présenter un tout au long de cet article: La Corporate Finance (Finance d’Entreprise en français). Qu’en est-il?

lire la suite…

Définir en quelques mots la Corporate Finance apparaît trop simple tant cette appellation, qui peut faire peur à certains, recouvre un nombre de sujets et de métiers presque inépuisable. En effet, la Corporate Finance (Finance d’entreprise) traite des questions de financement, d’investissement ou encore de rémunération des bailleurs de fonds. On y retrouve de nombreuses professions dont l’objet est justement le traitement de telles problématiques.

C’est pourquoi la plupart des entreprises déjà matures ont un département «Corporate Finance» chargé de traiter ces sujets. Cet article sera donc l’occasion d’approcher sommairement ce concept technique très large, et ne prétendra à aucune autre aspiration que celle-là.

Les origines de la Corporate Finance : une approche historique

Comme nous l’avions mentionné en guise d’introduction, le 20ème siècle et la conjoncture économique qui a accompagné chacune de ses décennies ont été un terreau favorable au développement de la Corporate Finance. En effet, chaque décennie a mis en lumière de nouvelles problématiques auxquelles la théorie financière a tenté de répondre progressivement.

Le début du 20ème siècle a, effectivement, été marqué par des opérations de concentration économique: la fusion qui a donné naissance à l’US Steel en est l’exemple parfait. Il est nécessaire de rappeler que la fin du 19ème siècle a consacré le début de la révolution industrielle américaine comme aimait le défendre W.W.Rostow (Les étapes de la croissance économique) .

lire la suite…

Ce «rattrapage» économique américain (relativement aux grandes puissances européennes) a été caractérisé par deux grands secteurs: l’industrie pétrolière et l’industrie métallurgique. Pourquoi les mentionner? Ces deux secteurs ont un point commun: ils sont sujets à des coûts fixes très importants incitant à la concentration économique. Nous avions déjà mentionné l’US Steel, mais nous aurions pu également citer la Standard Oil fondée par le célèbre John Rockfeller. Vous l’aurez compris, la première grande vague de fusions-acquisitions qui a marqué le début du 20ème siècle est née des caractéristiques du démarrage de la croissance américaine.

La multiplication de ces opérations financières a eu des conséquences majeures sur la théorie et l’industrie financière. En effet, d’énormes quantités de titres financiers ont été délestées sur les marchés financiers, suscitant alors l’interrogation des analystes financiers: c’est ainsi que le rôle du banquier d’affaires a connu une véritable révolution.

Souvenons-nous que le 20ème siècle a été le théâtre de la Grande Dépression, laquelle a entrainé des milliers de faillites d’entreprises américaines. Encore une fois, la Corporate Finance s’est penchée sur les problématiques qui en ont résulté: gestion de la liquidité, production et contrôle de l’information financière, etc… L’importance cruciale de la trésorerie et de la comptabilité venait d’être démontrée.

Le contexte économique d’après-guerre a, encore une fois, donné naissance à de nouvelles problématiques auxquelles la théorie financière a tenté de répondre. En effet, les trois décennies qui ont succédé à la 2ème Guerre Mondiale ont consacré une période de croissance exceptionnelle pour les pays développés actuels: on parlait des «Trente Glorieuses» (cf Jean Fourastié).

Il est essentiel de rappeler que cette croissance exceptionnelle a été avant tout permise par une nouvelle division scientifique du travail (DST) dont l’usine fordiste est apparu comme le parangon. C’est alors que les notions de budget, de planification financière et de décisions d’investissement sont véritablement apparues. Il était alors à la charge du responsable financier d’allouer de la manière la plus efficiente les capitaux à sa disposition. Ces questions ont notamment permis à des métiers que nous connaissons bien aujourd’hui de voir le jour, comme celui du contrôleur de gestion.

La fin de cette période de croissance n’a pas marqué le désintérêt de la Corporate Finance pour de telles problématiques. Une nouvelle fois, la conjoncture économique et l’évolution institutionnelle qui l’a accompagné a fait naître de nouveaux enjeux sur lesquels la Corporate Finance s’est penchée. Les années 1970s ont été celles de la libéralisation financière, de l’ouverture tant géographique qu’institutionnelle des marchés financiers. Cette décennie a consacré l’avènement de nouveaux investisseurs et de nouveaux produits financiers.

Nous avons ainsi assisté à l’émergence des petits porteurs et des fonds d’investissement qui ont souhaité les accompagner. Ainsi, la théorie financière a cherché à valoriser les entreprises et les cash-flow (flux de trésorerie) au sein de modèles financiers toujours plus complexes. Ces fonds d’investissement ont donné lieu à de nouveaux métiers qui, aujourd’hui, s’intègrent pleinement au secteur de la Corporate Finance: nombreux sont les postes d’analystes financiers qui ont trouvé preneurs.

A la lumière du siècle dernier, il résulte que la Corporate Finance demeure un domaine très large qui traite de nombreuses problématiques dont les métiers qui la composent se sont emparés.

Corporate Finance : qu'est ce que c'est ? - L&A Finance (1)

Corporate Finance : qu'est ce que c'est ? - L&A Finance (2)

La Corporate Finance et ses activités : entre professions et objectifs

Nous avons déjà esquissé quelques-unes des professions qui composent la Corporate Finance ainsi que les questions très générales auxquelles elles tentent de répondre. Il s’agit maintenant de dresser un portrait plus exhaustif de chacune de ces activités.

Comme nous l’avions mentionné en introduction, la Corporate Finance traite trois grandes activités: l’investissement, le financement et la rémunération des bailleurs de fonds. Il est évident que de nombreuses activités gravitent autour de ces dernières et, de ce fait, s’inscrivent également dans le champ de la Corporate Finance. Quelles-sont-elles?

Le financement : De la planification financière à la gestion des liquidités

La planification financière a un rôle essentiel dans la stratégie de toute entreprise: elle permet d’orienter cette dernière et de s’assurer de sa cohérence financière. En général, ce sont les équipes de FP&A (Financial Planning & Analysis) qui sont chargés de telles missions. Concrètement, les équipes de FP&A déterminent le prévisionnel de l’entreprise (Business Plan) et construisent le budget de cette dernière en conséquence. Elles ont aussi pour mission de comparer les écarts entre les prévisions et l’activité réelle de l’entreprise afin de piloter au mieux la stratégie de l’entreprise par la finance.

lire la suite…

Dans la même optique de pilotage de l’activité, les départements Corporate Finance composent généralement avec une équipe Contrôle de Gestion. Cette dernière est chargée d’analyser chaque activité de l’entreprise ainsi que les coûts qui lui sont incombés. Le contrôleur de gestion aide ainsi le top management à prendre des décisions stratégiques à partir d’une analyse sectorielle issue des documents comptables.

Le rôle du comptable n’est ainsi pas à négliger. Il établit des rapports issus des différentes transactions régissant l’activité de l’entreprise afin de faire un état des lieux sur sa santé financière. Il est donc le fer de lance de toute la Corporate Finance.

Enfin, chaque transaction liée à l’activité de l’entreprise (paiement, versement des salaires, achats de matières premières, etc…) induit donc des mouvements de liquidités, lesquels supposent une gestion optimale de ces dernières. On retrouve ainsi le rôle du trésorier qui n’est autre que d’assurer la liquidité nécessaire au fonctionnement quotidien de l’entreprise. Le trésorier se doit également de faire fructifier les liquidités à sa disposition dont l’entreprise n’a pas besoin à l’instant T.

Corporate Finance : qu'est ce que c'est ? - L&A Finance (3)

Corporate Finance : qu'est ce que c'est ? - L&A Finance (4)

L’investissement : De l’analyse à la prise de décision

Comment établir la rentabilité d’un investissement potentiel? Comment sélectionner la meilleure opportunité d’investissement quand tout est possible? Pourquoi décider d’investir dans une entreprise A et pas dans une entreprise B? Tant de questions auxquelles les analystes financiers tentent de répondre.

Il est important de noter que, malgré son caractère «corporate» (entreprise en français), la Corporate Finance ne concerne pas que l’entreprise, ou du moins l’entreprise d’un point de vue interne. L’émergence du banquier d’affaires à la fin du 19ème siècle et sa consécration depuis les années 1980s (cf financiarisation de l’économie) ont rendu nécessaire les analystes financiers «Corporate».

lire la suite…

En ce sens, les mathématiques financières sont devenues cruciales afin d’aider à la prise de décision. Comment déterminer la valeur actuelle d’un investissement selon son rendement futur?

Prenons un exemple: Soit deux investissements A et B. L’investissement A nécessite un investissement initial de 200 alors que l’investissement B nécessite un investissement initial de 300. Nous savons que l’investissement A nous rapportera 50 pendant 10 ans contrairement à l’investissement B qui, lui, nous rapportera 70 tous les ans pendant 10 années. Néanmoins, compter tenu de l’inflation actuelle et des prévisions de la Banque Centrale Européenne, cette inflation établie aujourd’hui à 5% devrait perdurer pendant 10 ans également (cette hypothèse ne présage rien de l’avenir mais s’inscrit uniquement dans le cadre de cet exercice).

Quel investissement est le plus rentable? L’analyste financier répondrait donc à cette question à partir d’une équation de mathématiques financières appelée la Valeur Actuelle Nette (VAN) dont la formule est la suivante:

VAN= – INVESTISEMENT INITIAL + (Cash Flow 1)/(Taux d^’ actualisation 1) +⋯
+ (Cash Flow 10)/(Taux d^’ actualisation 10)

Les Cash Flow représentent ce que l’investissement nous rapporte chaque année. Ainsi, pour l’investissement A ils s’élèveront à 50 chaque année contre 70 pour l’investissement B.

Aussi, nous avons mentionné dans l’équation ci-dessus le «taux d’actualisation». C’est un autre concept fondamental en Corporate Finance qui nous permet de donner à un objet futur sa valeur d’aujourd’hui. Il apparaît donc évident que l’argent que notre investissement nous rapportera par la suite devra être ramené à sa valeur actuelle via l’inflation.

Si on reprend maintenant notre exemple, on trouve que:

VAN(A)= -200+50/(5%)+⋯+ 50/(5%)=186,9
VAN(B)= -300+70/(5%)+⋯+ 70/(5%)=240,5

On observe ainsi que, compte des paramètres à notre disposition, la valeur actuelle nette de l’investissement B est supérieure à celle de l’investissement A. Un analyste Corporate Finance conseillerait donc, sur la base de ces calculs, de réaliser l’investissement B plutôt que l’investissement A (sa valeur étant supérieure). Cela ne veut pas dire que l’investissement A n’est pas rentable (puisque sa VAN est positive), mais qu’il l’est tout simplement moins.

L’idée de cet article n’est pas de proposer un cours théorique sur les lois mathématiques de la Corporate Finance, mais il était d’important de présenter quelques concepts qui régissent une telle activité.

Maintenant que nous avons une idée un peu plus précise du métier d’analyste financier,il apparaît plus simple de présenter différents domaines dans lesquels ils peuvent évoluer. Nous avions déjà mentionné l’importance des opérations de fusions-acquisitions, néanmoins cette activité demeure reine parmi toutes les autres en banque d’affaires. Les analystes se prêtent ainsi au jeu de la valorisation d’entreprises, notamment pour conseiller leurs clients sur d’éventuelles acquisitions.

L’intérêt est ainsi de faire naître une société dont la valeur serait supérieure à celle des deux entreprises initialement distinctes, par le biais d’une synergie. Également, de nombreux analystes évoluent en ECM et DCM (equity capital market and debt capital market). Leur rôle est d’accompagner les entreprises privées dans leur volonté de lever du capital ou de la dette. Le rôle d’analyste est donc devenu essentiel aujourd’hui, au sein des banques d’affaires comme des fonds d’investissement.

La rémunération des bailleurs de fonds : politiques de distribution et coût du financement

La rémunération des bailleurs de fonds est un autre sujet très important puisqu’elle détermine directement le coût du capital. En effet, l’entreprise dispose de deux moyens pour se financer:

  • Les capitaux propres, qui peuvent être augmentés grâce à de nouveaux investisseurs privés, notamment sur les marchés financiers.
  • La dette, contractée auprès d’établissement bancaires, ou dans certains cas via l’émission d’obligations.

Le coût des capitaux propres, c’est finalement le taux de distribution qui permet de calculer les dividendes reversés aux actionnaires. Quant au coût de la dette, c’est finalement le coût de l’argent emprunté, c’est-à-dire le taux d’intérêt auquel on emprunte. Les politiques de distribution ont donc un impact direct sur les résultats de l’entreprise. C’est en général pour cela que les entreprises qui démarrent leur activité ne rémunèrent pas leurs actionnaires les premières années, le temps de faciliter leurs opérations financières et leurs applications opérationnelles.

Ce sujet vous intéresse ? Parlez-en avec un conseiller

As someone deeply immersed in the world of corporate finance, I bring forth a wealth of expertise and knowledge to dissect the intricacies of this complex field. My understanding goes beyond theoretical concepts; it extends into the historical evolution and practical applications of corporate finance.

The article delves into the birth of the US Steel Corporation in 1901, resulting from the merger of the Federal Steel Company and various steel mills under the leadership of Andrew Carnegie. This historical context sets the stage for exploring how such corporate giants emerged and evolved throughout the 20th century, raising questions about their growth, development, and the key players behind their success.

Corporate finance, the focal point of the article, becomes the linchpin that ties together the various factors contributing to the rise of corporations like the US Steel. It encompasses financing, investment, and the remuneration of fund providers, offering a comprehensive framework to navigate the intricate challenges faced by mature enterprises.

The historical overview underscores the impact of economic shifts on corporate finance. The early 20th century witnessed economic consolidation, epitomized by mergers like that of the US Steel. This period also marked the emergence of new challenges, prompting financial theory to adapt and evolve. The Great Depression of the 20th century led to a deeper exploration of liquidity management and financial information control, emphasizing the pivotal role of cash flow and accounting in corporate finance.

The post-war economic landscape introduced new challenges, giving rise to the scientific division of labor and the fordist factory system. Budgeting, financial planning, and investment decisions became crucial components, paving the way for roles like financial controllers.

The subsequent decades, particularly the 1970s, witnessed financial liberalization and the opening of global financial markets. This era birthed new challenges and opportunities, leading to the emergence of roles like financial analysts, who played a key role in valuing companies and cash flows within increasingly complex financial models.

As the narrative unfolds, the article explores the multifaceted nature of corporate finance activities: investment, financing, and the remuneration of fund providers. The financing aspect involves financial planning, liquidity management, and the critical role of treasurers in ensuring the smooth operation of daily financial activities.

In the realm of investment, financial analysts play a pivotal role. The article demystifies the process of evaluating investment opportunities using tools like the Net Present Value (NPV) formula. It illustrates how analysts assess the profitability of investments by considering factors like initial investment, cash flows, and discount rates.

The final dimension, remuneration of fund providers, sheds light on how policies of distribution impact the cost of capital. The article explains the implications of rewarding equity investors through dividends and incurring the cost of debt through interest rates. It emphasizes how these policies directly influence a company's financial results and decisions.

In conclusion, corporate finance stands as a vast and dynamic domain, addressing a myriad of challenges faced by businesses. The article provides a glimpse into the historical context, theoretical foundations, and practical applications of corporate finance, showcasing its indispensable role in the business world.

Corporate Finance : qu'est ce que c'est ? - L&A Finance (2024)
Top Articles
Latest Posts
Article information

Author: Saturnina Altenwerth DVM

Last Updated:

Views: 6014

Rating: 4.3 / 5 (64 voted)

Reviews: 95% of readers found this page helpful

Author information

Name: Saturnina Altenwerth DVM

Birthday: 1992-08-21

Address: Apt. 237 662 Haag Mills, East Verenaport, MO 57071-5493

Phone: +331850833384

Job: District Real-Estate Architect

Hobby: Skateboarding, Taxidermy, Air sports, Painting, Knife making, Letterboxing, Inline skating

Introduction: My name is Saturnina Altenwerth DVM, I am a witty, perfect, combative, beautiful, determined, fancy, determined person who loves writing and wants to share my knowledge and understanding with you.